Digital Day 2015 : les enjeux digitaux dans le monde des entreprises et le secteur agricole

Digital Day 2015 au Musée du Vin de Paris

Digital Day 2015 au Musée du Vin de Paris

 

La deuxième édition de notre événement annuel autour des enjeux numériques a eu lieu le 26 novembre 2015 dans un endroit atypique : après le sommet de la Tour Montparnasse l’année dernière, les invités d’Agriaffaires étaient conviés cette année au Musée du Vin de Paris. Dans une cave datant du XVIe siècle, les intervenants ont abordé les enjeux digitaux du XXIe siècle. Une centaine de partenaires et clients d’Agriaffaires – constructeurs, concessionnaires, institutionnels et médias – se sont réunis pour assister aux conférences et échanger sur les thématiques évoquées autour d’un cocktail.

Récoltes record en 2015

Michel Portier, fondateur de la société Agritel et expert en stratégies des marchés agricoles et agro-industriels, a ouvert le bal avec son intervention sur les marchés mondiaux du blé, du maïs, de l’orge fourragère et de l’huile de palme. Il a constaté qu’en 2015, on a pu assister à un véritable miracle de l’agronomie en France : malgré des conditions météorologiques difficiles et des prévisions pessimistes, les récoltes de blé en France ont atteint un niveau record. Plus de 40 millions de tonnes de blé ont été récoltées cette année. Par conséquent, les stocks de report de blé français pour la campagne 2015/2016 vont doubler par rapport à l’année dernière et atteindre les 5 millions de tonnes. Les récoltes de maïs étaient également particulièrement élevées cette année, et ce partout dans le monde. Quant à l’orge fourragère, la grande quantité de pluie a dégradé sa qualité et les exportations d’orge vers la Chine à des prix relativement bas sont élevées cette année.

La deuxième présentation s’est éloignée du marché agricole : elle était dédiée aux stratégies gagnantes de la publicité en ligne. Olivia Poisson et Yan Rezaiz d’Agriaffaires ont donné au public des conseils pour mener à bien leur communication sur internet. Yan Rezaiz, responsable infographie, a partagé avec nous son expertise en création de bannières publicitaires. Une bonne bannière doit intéresser l’internaute en quelques secondes, être synthétique et compréhensible et appeler à l’action. L’avantage des nouvelles technologies comme le Rich Media et le html5 est selon Yan qu’elles sont capables de créer de l’interaction avec l’utilisateur et d’augmenter ainsi son intérêt.
Olivia Poisson, spécialiste en gestion de campagnes de publicités en ligne, a ensuite expliqué au public quels indicateurs sont importants pour mesurer l’impact des bannières. Il s’est avéré que le taux de clic, généralement très bas (entre 0,10 et 0,50%), n’est pas le seul indicateur à prendre en compte.

« L’agriculture est un secteur très innovant »

Notre invité spécial, Gilles Babinet, a clôturé le Digital Day 2015 avec une conférence très enrichissante sur les transformations digitales au niveau des entreprises, tant dans le domaine agricole que dans une optique plus généraliste. “Digital Champion” de la France auprès de la Commission européenne, Babinet est spécialiste de la révolution digitale dans tous les domaines de société, comme par exemple la santé, la finance, la production industrielle…

Devant un public issu en grande partie du monde agricole, Gilles Babinet s’est penché lors du Digital Day sur les transformations auxquelles le secteur de l’agriculture fait face au XXIe siècle. Contrairement aux idées reçues, Babinet a souligné que l’agriculture est un secteur très innovant qui a été parmi les premiers à s’équiper de micro-informatique pour optimiser la façon de travailler. Aujourd’hui, le “App Farming”, l’agriculture assistée par applications numériques, fait partie du quotidien de bon nombre d’agriculteurs et ne constitue pas un simple gadget, mais un véritable gain en productivité. A long terme, Babinet prédit que l’agriculture de l’avenir sera une “agriculture durable productiviste”. Cela signifie que d’un côté, elle doit être durable au niveau de la gestion des ressources naturelles limitées comme l’eau. De l’autre côté, la production alimentaire doit augmenter pour répondre aux demandes d’une population mondiale croissante. Ces deux objectifs – durabilité et productivité – peuvent tous les deux être atteints grâce aux innovations digitales qui fournissent des données précises permettant d’optimiser les processus agricoles.
Pour résumer, Gilles Babinet a insisté surtout sur le fait que la transformation digitale des sociétés entraîne une véritable démocratisation. La structure hiérarchique verticale traditionnelle est remplacée par un modèle horizontal et collaboratif.

Ces présentations ont été bien accueillies par nos invités et leur ont permis d’avoir un aperçu assez complet des problématiques auxquelles ils peuvent être confrontés au sein de leurs entreprises. Une dégustation de vin animée par l’équipe du Musée du Vin et un cocktail déjeunatoire ont clôturé cette édition du Digital Day dans un cadre détendu.

Nous tenons à remercier tous nos invités et intervenants pour leur présence et pour l’intérêt qu’ils ont porté à notre événement autour des enjeux digitaux.

Lucie Pichon